Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/09/2015

Le stress et la perte de cheveux

Le stress se considère comme la principale cause de la perte de cheveux. Cela survient après une perturbation psychologique ou de la fatigue physique inhabituelle. La chute de cheveux sera une réaction de l’organisme après un choc et pourra perdurer plusieurs mois. Si le corps ne triomphe pas naturellement de l’alopécie, il faudra l’aider.

perte de cheveux, chute de cheveux, stress

Reconnaître le type de perte de cheveux

Indépendamment de la cause du stress, on peut distinguer plusieurs types de perte de cheveux. Face à ce qu’ils considèrent comme une agression, les follicules pileux entrent dans une sorte de pause avant de reprendre leurs missions. Des cheveux vont y pousser, mais tomberont tardivement après l’évènement. Il arrive même que l’organisme considère les follicules victimes du stress comme des cellules potentiellement dangereuses. Il les éliminera jusqu’au dernier, quelle que soit la phase de la pousse. Une troisième forme de chute vient des troubles obsessionnels occasionnés par un évènement stressant.    En effet, certaines personnes stressées touchent compulsivement les cheveux au point de les rendre fragiles ou carrément les arracher.

Ne pas stresser et laisser pousser les cheveux

Il existe des produits anti-chutes de toutes sortes. Corollairement, personne ne peut prévenir le stress. Sur ce point, le mental compte beaucoup pour venir à bout d’une épreuve. Naturellement, lorsque les éléments victimes d’agression sont éliminés, la pousse capillaire reprend tout seule. Les follicules pileux ont une haute faculté de reconstruction. La chevelure reflétera juste nos états émotionnels voire notre état de santé plus profond. La visite chez le médecin sera indispensable lorsque nos cheveux chutent excessivement ou sans cause explicite. Un problème ovarien, par exemple, se manifeste par l’éclaircissement des cheveux.

Prédisposition à perdre les cheveux

La science détermine avec précision que devant une situation exceptionnelle, la libération soudaine d’hormones a une répercussion brutale sur la chevelure. Une réaction en chaîne finit par la production d’alpha-réductase. Cet enzyme serait le premier responsable des chutes. Chez certaines personnes, une prédisposition génétique pour la perte de cheveux empêche la repousse. On parle alors de calvitie. Les hommes du type caucasien commencent progressivement à perdre leurs cheveux à partir de 30 ans. Le stress accélère cette perte. Les poils au-dessus du front seront les premiers à partir. Chez la femme, l’accouchement raréfie les tiges capillaires au-dessus du crâne. Les tracas de la ménopause font les mêmes effets. D’autres individus stressés auront par contre une forte poussée de pellicules. 

Vous pouvez consulter d'autres articles et solutions sur la perte de cheveux sur chuteducheveu.com

Les commentaires sont fermés.